81 visiteur(s) en ligne, mercredi octobre 16 2019
Accès: invité, Session de 20 Minutes

Bandes 35mm : Comment faire ?

comment numériser négatifs 35mm

Numérisation de vos anciens négatifs en Planches de 35mm.
Copier vos photographies, Diapositives et bandes 35mm sur DVD ou sur votre disque dur.
Pour faire transférer vos anciennes Photos sur support DVD, nous contacter ou demander un Devis détaillé

Vos anciennes Photographies 35mm

Sauvegardez vos souvenirs Photographiques et négatifs 35mm.

Revoir les Photos de son enfance, la famille, ses parents et ses grands parents ou ses petits-enfants et copier tout ces souvenirs sur DVD.


Demande de Devis



Numérisation de vos bandes 35mm

Transfert numérique de vos photos 35MM
Nous sommes une société spécialisée dans la sauvegarde des archives vidéo personnelles depuis 1998. La qualité de nos transferts de photographies, diapositives, et bandes 35mm est impeccable.

Nous utilisons du matériel vidéo professionnel et des process de transfert numérique des plus récents. Nous convertissons les plus anciens formats argentiques, Audio et supports Photographique.

Nateex peut fournir une excellent qualité de numérisation de vos planches de négatifs 35mm ou 16mm grace aux scanners professionnels de diapositives. Nos techniciens peuvent créer des JPEG ou TIFF, avec une résolution allant jusqu'à 4000 DPI. Il s'agit de la plus haute résolution disponible.

Transfert et numérisation de négatifs

Copier vos vieilles photos et négatifs
Voici quelques supports que nous sommes en mésure de transférer au numérique :
Negatifs, bandes 35mm, Photos, Diapositives, films 8mm, Super8, 16mm, 9,5mm, Hi8, Video8, VHS, VHSc, SVHS, BetaCam, BetaMax, v2000, Digital8, MiniDV, U-Matic.

Permettez nous d'immortaliser vos photos de famille sur support numérique, avant qu’ils ne disparaissent à tout jamais.
numérisation de négatifs
Les photos à numériser peuvent être de tout format. Nous utilisons des scanner professionnel à haute résolution. Les fichiers sont ensuite retraités pour améliorer la qualité des couleurs et des contrastes.


Le format 35mm


Le format 35 mm (« pellicule 135 ») est le support le plus courant en photographie argentique. Il apporte des facilités incomparables par rapport aux formats plus grands qui l’ont précédé : compacité et nombre de vues élevé. Étant plus petit que les formats précédents, il appartient au domaine de la « photographie petit-format » (par opposition au moyen et grand formats).
Les formats de prises de vue sur une pellicule 135 sont nombreux, le principal étant le 24 × 36 mm (défilement horizontal de la pellicule). D’anciens modèles reprenaient le fonctionnement d’une caméra cinéma et prenaient des photos de 18 × 24 mm : on parlait de demi-format. Aujourd’hui, on note aussi de nombreux formats panoramiques - les dimensions ne sont pas standardisées, mais on peut citer le 24 × 66 mm.
D’autres petits formats ont été introduits par la suite, mais aucun n’a connu de véritable succès (voir l’APS). Ces échecs s’expliquent probablement par la forte implantation du format 35 mm ainsi que l’absence d’avantages décisifs pour les prétendants. Avec l’arrivée du numérique, il est très peu probable que de nouveaux formats soient introduits.
À l’origine, la sensibilité des films cinéma était irrégulière, chaque rouleau de pellicule qui arrivait sur le lieu de tournage devait être taré, pour en connaitre sa sensibilité. Leica avait construit un petit appareil qui pouvait être chargé en pellicule cinéma, sans viseur, avec un objectif compur à obturateur central, et diaphragme. On tirait quelques essais, on développait, on obtenait ainsi la sensibilité du film et l’opérateur cinéma pouvait régler sa caméra. Le Leica a ensuite été adopté comme appareil photo.

La pellicule présente généralement quatre perforations par image, de chaque côté de la pellicule. Mais pour des raisons économiques, on utilise parfois 3 perforations par image dans le format 1,85:1. Le pitch ou distance entre deux perforations mesure généralement 4,74 mm pour un négatif (short pitch), et 4,75 mm pour un positif (long pitch). La surface d'impression imaginée initialement par Thomas Edison est de 24,89 mm par 18,67 mm (super 35 mm). Avec l’arrivée du cinéma sonore et la nécessité de loger des pistes sonores, la largeur de la fenêtre d'impression fut réduite à 22 mm (35 mm anamorphic et 35 mm spherical). La pellicule 35 mm est fréquemment utilisée au lieu du 70 mm pour la production d’images au format CinemaScope de 2,39:1. Dans ce cas, la prise de vue et la projection se font avec des objectifs anamorphiques qui compressent l’image de moitié en largeur. Aaton a lancé en octobre 2008, la Penelope fonctionnant avec deux perforations à défilement horizontal ! Un prototype de cette caméra avait notamment été utilisé par Raymond Depardon dans son documentaire La Vie moderne sorti en 2008. Ce système "à deux perfs" permet d'optimiser la place que prend l'image sur la pellicule et ainsi faire des économies. D'autre part, elle permet d'utiliser non plus des magasins de 4'20 mais de 8'40.

Avec ses composants pétrochimiques et argentés nécessaires à la fabrication de la pellicule, le tournage en 35 mm est d'un coût très élevé. De plus, la grande inflammabilité des premiers supports en nitrate de cellulose entraîne des risques importants pour les utilisateurs non initiés. En 1898, Birt Acres, un réalisateur et inventeur américain, tente le premier de commercialiser un format pour les amateurs, le format Birtac, divisant le film 35 mm en deux bandes de 17,5 mm de large. Au début des années 1920, plusieurs formats distincts du 35 mm cohabitent — respectivement les 28 mm, (1912), 9,5 mm (1922), 16 mm (1923), et le Pathé Rural (1926), un format 17,5 mm au support en acétate de cellulose, beaucoup plus sûr. Le 16 mm d'Eastman Kodak s'impose par la suite dans le cinéma amateur, puis à la télévision et dans le cinéma professionnel (principalement sous la forme dérivée Super 16). Choisi par Kodak pour éviter la fabrication de film 35 mm coupé en deux par des concurrents à l'intention des amateurs, le 16 mm fut le premier format commercialisé avec un support totalement non inflammable en diacétate de cellulose, puis plus tard en triacétate de cellulose.
Le marché amateur se diversifie en 1932 avec le film 8 mm, particulièrement destiné au film familial. Légalement, les format 16 et 8 mm (ainsi que le format 35 mm destiné à autre usage qu'une salle de projection) doivent être fabriqués sur des supports non dangereux. L'apparition de ces nouveaux formats a conforté la place du 35 mm dans son usage exclusivement professionnel.

Sources Wikipedia : Le 35mm  -  Licence : Licence CC BY-SA 3.0




©2003 Nateex.com - Design by RCS Info
Confidentialités - Utilisation du Site